Elections communales Pecq 2006

Tuesday, September 12, 2006

Les élections communales à Pecq en 2006


Message aux partis démocratiques se présentant aux élections communales de 2006 à Pecq, et tous ceux que le sujet intéresserait !.

L'âge n'empêche pas, je crois, de poser des questions sur ce qu'il convient de voir réaliser à Pecq, ou même – pour certains projets – d'étudier des possibilités pour l'avenir...

Un premier sujet me semble être celui de l'insécurité routière ...
pour les habitants...

1. Pour la facilité, j'écris comme si les trois voiries provinciales de Pecq ( sauf erreur : Rue de Lannoy, Rue Albert Ier et Rue royale ) étaient devenues communales comme c'est annoncé pour 2007.

Ces dites voiries sont spécialement celles où les zones réservées au stationnement ne font l'objet d'aucune protection ( le Code la route interdit d'y circuler, ce qui semble ignoré par beaucoup ) alors qu'elle est facile à installer ( voir dans la commune proche d'Estaimpuis et spécialement à Leers ) , d'aucun ralentissement ( voir la rue du Cornet toujours à Estaimpuis ), ni de marquages à la fois BIEN visibles et en nombre suffisant ( voir ici tout Estaimpuis )

Ces mesures contribueraient à diminuer les vitesses excessives actuelles sur ces voiries ( aux endroits " 50 " des vitesses d'au moins 50% plus élevées sont courantes) ,et dans la rue Albert Iier on peut estimer qu'environ une moitié des conducteurs ne respectent pas la priorité de droite.

2. Le principe de la zone 30 aux abords des écoles est indiscutable mais – dans la réalité des faits - son respect demande tout d'abord qu'elle soit imposée " aux abords " des écoles et non sur des distances trop importantes.

Mais en plus et essentiellement, ces limitations restent actuellement lettre morte ( et hypocrites ) s'il n'y a pas un
aménagement spécifique de la voirie .
Il en existe pour l'école communale de Pecq et c'est l'exemple à suivre.
Il en est " proche " pour les écoles à proximité des places de Pecq ( Warcoing, Obigies , Hérinnes ) mais insuffisants …car non conçu en fonction de l'école. Quelques aménagements complémentaires seraient nécessaires…
MAIS il n'existe R I E N pour le Lycée rue de Lannoy ( avec pourtant des locaux des deux cotés de la voirie ! ) ni pour l'école rue de la Clergerie ( où un minimum suffirait ).

3. Le citoyen n'attend pas de la Police locale une politique répressive - elle n'en aurait pas le temps non plus - mais qu'elle fasse d'abord observer à l'un et l'autre l'erreur de certaines habitudes … les plus bénignes ( ? ) étant le stationnement sur les trottoirs – qui vont en mourir avec le temps - aïe le budget - ! et celui de stationner en n'étant pas dans le sens de la circulation.

Bien plus important par le danger qu'il présente: l'inconscience de personnes amenant à l'école leurs – jeunes - enfants, sans ceinture de sécurité, et le cas extrême : l'enfant debout à l'arrière du véhicule . Un passage de temps à autre de la police aux abords des écoles réduirait - avec le temps - cette inconscience. Une sensibilisation du corps professoral serait également ici souhaitable.

Il est incompréhensible pour le simple citoyen que je suis, de voir un ou deux cyclotouristes circuler toujours impunément sur une voie routière alors qu'il y existe une voie cyclable de qualité comme c'est le cas à la Drève H.Dunant. Aucun conducteur ne s'attend à voir l'un ou l'autre cycliste sur la chaussée. Et ce n'est pas le seul endroit à Pecq…

4.
Un autre sujet est celui de l'aménagement de la route régionale Tournai-Pecq- Courtrai sur le territoire de Pecq.
A commencer par exiger du MET ( les mettre devant leurs responsabilités juridiques et pénales en cas d'accident ... ) un marquage renouvelé à temps : de la sortie de Pecq vers Ramegnies-Chin, je défie un étranger à la région de comprendre tout le marquage ( ou parfois ce qu'il en reste ).

Hélas c'est un fait : le MET s'est caractérisé à Pecq depuis trop d'années par une absence totale d'aménagements de "sa" voirie…
Dans la traversée de l'agglomération, l'interdiction de certains virages à gauche avait peut-être un sens avant la mise en service de l'autoroute; il n'en a plus actuellement et un marquage devrait contribuer à la sécurité de ces virages à gauche.
La situation actuelle envoie bien trop de trafic au début de la rue de Lannoy ( alors que - voir plus loin - ce devrait être justement l'inverse ).
Cela devrait aller de pair avec la vérification des emplacements de stationnement dans la partie urbaine des rues de Courtrai et de Tournai pour qu'il y ait une visibilité suffisante ( sans oublier la protection de ces emplacements comme écrits plus haut )

Le MET a souvent fait valoir qu'il pouvait y avoir des " convois exceptionnels " ; pourtant il existe pas trop loin de chez nous un " bon " exemple ; à l'entrée d'Ath de la rue G.Dubois vers le centre ville, après le passage sur la Dendre il y a un ROND POINT on ne peut plus modèle réduit ( et démontable ) : il ne gêne en rien la circulation, même de camions…

5. Les différentes places de Pecq ont fait l'objet d'heureux réaménagements dans le cadre de la rénovation rurale mais il ne faudrait pas penser qu'ainsi il ne reste plus rien à faire !
Le cas le plus flagrant est le parking devant la Maison Communale: il devrait être possible de remédier quelque peu à sa laideur, et maintenant que la région ne veut plus – enfin - qu'il y ait du tarmac envoyant bien trop d'eaux de pluie à l'égout - travail supplémentaire et couteux pour l'épuration des eaux usées - , des aménagements en ce sens sont possibles avec un budget raisonnable.
Le passage protégé proche de l'église a certainement été réalisée avec les meilleures intentions du monde mais il faut constater que les pavés blancs se cassent – et leurs morceaux disparaissent – de plus en plus. Les pavés ordinaires ont aussi une " fichue " tendance soit à se desceller soit à se casser ; une surveillance fréquente devrait remédier au danger que cela représente –notamment – pour les personnes à mobilité réduite.

Une lectrice m'a fait remarquer que la situation est loin d'être idéale lors du marché du jeudi matin: je suis d'accord mais la solution est à étudier ...par d'autres que moi !

6. Projets d'avenir pour Pecq : il n'est pas défendu de rêver !

De toutes les anciennes communes, la rue restée commerçante est la première partie de la rue de Lannoy à partir du carrefour de la place.
Ne peut-on envisager un remodelage de cette partie de voirie ( simple exemple : la rue des Maux à Tournai ) ou la rendre semi-piétonne avec un trafic LOCAL.

Pourquoi ne pas envisager par après une nouvelle liaison d'Estaimbourg vers la chaussée de Tournai soit - préférable – avec une voirie nouvelle et un rond-point à l'accès à la grand' route, soit par un aménagement – ou un peu plus là où c'est nécessaire - de voiries existantes. Il ne faut a priori dire que c'est impossible ou impensable mais étudier en ayant le temps …

Dans TOUT Pecq, mais spécialement dans l'ancienne commune de Pecq, l'une ou l'autre carrière serait à transformer en voirie y permettant d'y construire et de lutter contre le trop grand nombre de constructions en rubans…

Pour finir, l'avis d'un lecteur - je suis de son avis - " Il serait également souhaitable de remettre sur pied les réunions avec la population afin d'analyser l'ensemble des problèmes et présenter des dossiers cohérents er réfléchis aux différentes autorités."


Merci de votre attention et de votre patience à me lire.
En fin de blog deux liens qui peuvent vous intéresser...

Léon Dochy à Pecq

http://leon.dochy.googlepages.com/home
Le 12 septembre 2006

TOUT ( ? ) savoir en cinq pages sur la Commune de Pecq
http://statbel.fgov.be/elections2006/downloads/com_gem_57062_fr.doc.pdf

Vue aérienne de l'ancienne Commune de Pecq dans les années 1960
http://www.angelfire.com/country/canalespierre/PECQ.html

Appendice :

COSUCRA/WARCOING INDUSTRIE étant l'entreprise dominante de Pecq, l'information suivante peut intéresser les Pecquois.

Région wallonne : Conseils des Ministres : OCM Sucre : Perspectives encourageantes ! (14-09-2006)117.847.316 d’EUR, voici le montant octroyé aux usines ORAFTI Oreye et Warcoing Industrie dans le cadre de la répartition des fonds de restructuration OCM Sucre. Pour rappel, le sirop de fructose et l’inuline, produits à base de chicorées et dont les entreprises Orafti et Warcoing sont les principaux producteurs mondiaux, ne faisaient pas partie des discussions préliminaires relatives à la réforme de l’OCM Sucre. Sous l’insistance du Ministre Benoît Lutgen, la Commission européenne avait finalement décidé de considérer sur le même pied betteraves et chicorées.L’aide finalement accordée intervient suite au Règlement européen (n°320/2006) du Conseil du 20 février 2006 qui institue un régime temporaire de restructuration de l’industrie sucrière dans la Communauté européenne et modifie le règlement relatif au financement de la politique agricole commune.ORAFTI SA et Warcoing Industrie SA ont décidé de remettre la totalité de leur quota « sirop de fructose » dès la campagne 2006-2007 et de procéder à une restructuration partielle afin de poursuivre la production d’inuline (fibre non alimentaire, non couverte par l’OCM sucre). Le 13 juillet dernier, le Gouvernement wallon était informé par le Ministre Benoît Lutgen de l’accord passé entre les industries, les planteurs et les entrepreneurs agricoles pour répartir les sommes évoquées ci-dessus. C’est la Région wallonne, où se situe le siège d’exploitation pour lequel il est fait appel au Fonds de restructuration, sous la supervision du Ministre de l’Agriculture, qui a été désignée comme pilote de l’instruction du dossier. Elle reçoit et enregistre la demande, coordonne l’instruction du dossier et est le point de contact pour les entreprises.Après concertation, les deux entreprises ont déposé leur dossier de restructuration dans le courant du mois de juillet. Ces plans, principalement centrés sur l’adaptation des outils de production, sur les investissements en recherche et développement et sur la commercialisation des produits, répondent exactement aux exigences réglementaires.Le Ministre de l’Agriculture, Benoît Lutgen, se félicite de l’issue de la première phase du processus de restructuration. Tant en ce qui concerne ORAFTI Oreye que Warcoing Industrie, le maintien du volume de production d’inuline est assuré et de nombreux emplois de planteurs, de transporteurs, d’entreprises de service agricole et d’ouvriers d’industries sont consolidés.En Région wallonne, ce sont 1640 planteurs qui sont concernés par ces mesures d’aide. Quant aux entreprises visées, elles emploient près de 500 personnes. Les plans seront transmis à la Commission avant le 20 septembre.




un compteur pour votre site

0 Comments:

Post a Comment

<< Home